Anti-chasse : assez des articles mensongers !

 

Anti-chasse : assez des articles mensongers !

À Quimper, le 14 octobre 2020
Réponse à l’article, ‘’Cohabitation difficile avec les chasseurs’’, Courrier des lecteurs du Ouest France du 29/09/20.

Nous ne pouvons rester sans réponse face aux propos que vous tenez dans l’article paru le 29/09 dans le ‘’Courrier des lecteurs’’ du Ouest France. Vos déclarations sont un assemblage d’approximations et de manifestes méconnaissances de la chasse, qui conduisent irrémédiablement à un contenu fallacieux, et dont voici quelques éléments de réponses rapides :

Le passage du permis de chasser national de 400 à 200€, que vous nommez ‘‘largesses’’, correspond en réalité à une rectification de taxes d’État pour l’indemnisation des dégâts de grand gibier par leurs services, indemnisation en réalité déjà assurée par les chasseurs depuis 2000.

Ensuite, vous décrivez l’Office Français de la Biodiversité comme étant ‘’contrôlé par les chasseurs’’. Comment le pourrait-il ? Leurs représentants y occupants 3 postes sur 43.

Concernant les dégâts de sangliers et l’agrainage, vous semblez ignorer que l’agrainage est interdit en Finistère et que pour autant, les dégâts persistent. Et que, par leurs missions de service public, les chasseurs sont seuls à les indemniser. Par ailleurs, notez que le recours à un agrainage dissuasif, est reconnu par les services de l’OFB, comme un moyen de prévention des dégâts.

À ce sujet, la dynamique des populations de sangliers est une notion complexe qui implique de nombreux facteurs tels que : l’aménagement du territoire, l’abandon des fonds de vallées, la maïsiculture, la fructification en forêt, et certaines pratiques de chasse. Et oui, comme vous le voyez nous sommes également honnêtes et nous remettons en question quand il le faut. Nous souhaitons aussi que la chasse évolue avec son temps et rejetons les pratiques délétères, quand bien même elles viennent de nos propres adhérents !

Vous semblez également disposer d’informations intéressantes sur les accidents de chasse non-déclarés. Nous vous serions reconnaissants alors de nous faire part de votre expertise à ce sujet.

Et ce n’est qu’une part des réponses qu’il est possible d’apporter à vos déclarations. Voyez que la réalité est infiniment plus complexe que celle que vous décrivez. Elle demande à être étudiée et argumentée de faits et non de simples avis personnels approximatifs. Nous respectons tous les points de vue, des ‘’anti’’ comme des ‘’pro’’ chasse et sommes ouverts à l’échange constructif pouvant aboutir à des évolutions bénéfiques pour tous, mais pas aux déclarations mensongères.

Dans ce cadre, il est dommage que vous fustigiez ce que vous appelez ‘’lobbying effréné de la part de la Fédération des chasseurs’’, et que nous appelons, comme cela est le cas pour d’autres organisations, ‘’campagne de communication’’. Ne vous en déplaise, les chasseurs ont, comme toute autre organisation, le droit et la liberté d’engager, sur leurs fonds, de l’information et de la publicité afin d'expliquer au grand public leurs pratiques tout autant que leurs prérogatives. Prérogatives transcrites dans la loi en mission de service public : maintien de l’équilibre agro-sylvo-cynégétique, indemnisation des agriculteurs pour les dégâts subis aux cultures, surveillance sanitaire de la faune sauvage, etc. Mais ces missions, vous vous gardez bien de les évoquer. Peut-être parce que vous ne les connaissez pas, comme la plupart de nos concitoyens, sans doute par manque de… communication de la part de nos structures.

Il ne sera jamais inutile de communiquer au sujet de la chasse et de ses missions de service public que nos concitoyens connaissent si peu. Cependant, nous nous interrogeons, quant à la facilité avec laquelle des déclarations tout autant fallacieuses que gratuites ont accès aux tribunes des grands quotidiens. Chaque semaine, si ce n’est parfois chaque jour, nous constatons l’édition de contenus plus qu’approximatifs voire mensongers sur la chasse et les chasseurs. Malheureusement, notre agenda ne nous permet pas de produire des réponses pour chacun d’eux !

Ainsi, il nous semble que la presse a pour rôle d’informer ses lecteurs et non de les éloigner des réalités par des fanfaronnades, et qu’une vérification préalable des propos ainsi exposés ne nuirait pas à la qualité de ses contenus.

Le président,
Daniel Autret

  • Partager cette page
CONTACT FACEBOOK
Siège QUIMPER
18 rue A.R.J. Turgot
C.I. Administrative Ty Nay
29000 Quimper
Tél. 02 98 95 85 35

HORAIRES D'OUVERTURE
Du lundi au vendredi
de 8h00 à 12h et de 13h30 à 17h30
(fermé au public le mercredi après-midi)

PLAN D'ACCÈS
Centre de formation
Ti Blaise
29190 BRASPARTS
Tél. 02 98 81 48 53
Tél. 06 73 86 64 63

HORAIRES D'OUVERTURE
(Uniquement sur rendez-vous)

PLAN D'ACCÈS