Suivi sanitaire

Le suivi sanitaire de la faune sauvage est un enjeu majeur pour la santé humaine, les espèces et pour la protection des biens et de la production économique. En France, les structures cynégétiques assument une part de la surveillance épidémiologique des oiseaux et des mammifères sauvages chassables ou non et interviennent pour le contrôle sanitaire.

La sécurité sanitaire

Traditionnellement, les chasseurs distribuent tout ou partie de la venaison entre famille et amis. Ces pratiques, qui peuvent être à risque, nécessitent un contrôle et une traçabilité stricts. C’est pourquoi a été mise en place, au niveau national, la sécurité sanitaire pour le grand gibier, en 2006 et pour le petit gibier, en 2007. Les services vétérinaires, en collaboration avec les services de l’OFB, participent aux contrôles sanitaires des élevages de gibiers destinés au repeuplement et aux lâchers afin d’éviter toute dissémination de pathologies dangereuses pour la faune sauvage, domestique, d’élevage et pour l’homme.

Pour une mise sur le marché, la venaison devra subir soigneusement un examen initial après la chasse par un chasseur formé et la mise en place d’une traçabilité et d’une collecte en chambre froide. Cependant, pour une distribution sans mise sur le marché, il n’existe pas de contrôle obligatoire.

Chaque année, la FDC29 propose, à ses adhérents, une formation relative aux aspects sanitaires où sont enseignées les techniques de détection des pathologies.

Le réseau SAGIR

Fondé sur un partenariat entre les fédérations des chasseurs et l’ONCFS s’exerçant depuis 1955, la surveillance épidémiologique des oiseaux et des mammifères sauvages terrestres a pris le nom de ‘‘ SAGIR ’‘ en 1986 (ONCFS, 2013). Son objectif est triple :

  • détecter précocement l’apparition de maladies nouvelles pour la faune sauvage ;
  • surveiller les effets aigus non intentionnels de l’utilisation agricole des produits phytopharmaceutiques sur les oiseaux et mammifères sauvages ;
  • caractériser dans le temps et dans l’espace les maladies des oiseaux et des mammifères sauvages, à enjeu pour la santé des populations.

Pour leur part, les chasseurs, gardes et techniciens cynégétiques alimentent le réseau en signalant les cas de mortalités anormales et font parvenir les prélèvements au LVD (Erreur : source de la référence non trouvée et Erreur : source de la référence non trouvée. Eux-mêmes tentent d’identifier les causes possibles de la mort. Si des toxines sont suspectées, les prélèvements sont adressés à l’ENV de Lyon et d’autres cas particuliers peuvent être expédiés à des laboratoires spécialisés agréés. Enfin, les résultats de ces analyses sont renvoyés à la FDC d’origine et publiés chaque semestre, par l’ANSES de Nancy.

Le SAGIR permet de connaître, avec davantage de précisions, la présence d’une pathologie, les principaux foyers, la dissémination dans le temps et dans l’espace, son évolution, l’agent pathogène connu. Les résultats obtenus sont probants, ils ont notamment permis la mise en évidence de certaines pathologies et le suivi de leur mutation : la VHD chez le lapin, l’intoxication du lièvre par les anticoagulants, du pigeon par le furathiocarbe, la perdrix par l’imidaclopride ou encore le botulisme chez les anatidés et certains oiseaux d’eau.

  • Partager cette page
CONTACT FACEBOOK
Siège QUIMPER
18 rue A.R.J. Turgot
C.I. Administrative Ty Nay
29000 Quimper
Tél. 02 98 95 85 35

HORAIRES D'OUVERTURE
Du lundi au vendredi
de 8h00 à 12h et de 13h30 à 17h30
(fermé au public le mercredi après-midi)

PLAN D'ACCÈS
Centre de formation
Ti Blaise
29190 BRASPARTS
Tél. 02 98 81 48 53
Tél. 06 73 86 64 63

HORAIRES D'OUVERTURE
(Uniquement sur rendez-vous)

PLAN D'ACCÈS